Premiers contacts, partie II.

Cet article est la continuité du premier article sur le sujet, Premiers contacts, partie I, où j’abordais principalement les premiers contacts en liberté, en observation extérieure. Dans cet article, j’aborderais le travail plus « au contact », c’est à dire que l’on va demander plus franchement des choses au cheval, lui indiquer des choses, l’éduquer ou le rééduquer.

Premiers contacts, partie II.
 
Les chevaux qui arrivent chez moi sont tous différents. Ils ont tous un passé différent. Du cheval pas manipulé du tout, correctement manipulé, ayant été abusé par les enrênements, montés par une personne dure ou qui avait peur, bref des configurations toutes différentes auxquelles il est essentiel de s’adapter sans quoi les résultats ne viendront pas. Un cheval pourra comprendre en une séance ce qu’un autre mettra deux semaines à intégrer, il ne faut pas être pressé. Si nous nous disons que nous avons la journée, cela prendra quinze minutes, si nous nous disons que nous n’avons que quinze minutes, cela prendra la journée.

J’aime le travail à la longe ! On peut faire des tas de choses, observer comment fonctionne le cheval, jouer avec lui, créer un lien & le connecter à nous. La longe, contrairement à ce que l’on nous apprend la plupart du temps, ce n’est pas simplement rester planté comme un piquet au milieu d’un cercle, la longe dans une main & la chambrière de l’autre. C’est bien plus que ça ! Pour ma part je longe en licol ou caveçon afin de ne pas abîmer la bouche des chevaux, surtout dans le début du travail où ils ne comprennent pas forcément, peuvent partir d’un coup, puis cela est bien moins pratique pour pouvoir à volonté changer de main durant le travail. La non utilisation d’enrênements permet au cheval de comprendre, d’apprendre réellement & de manière durable, l’usage d’enrênements facilite certes la chose mais le cheval répond simplement à une contrainte exercée sur sa bouche, sa nuque, son dos & cherche à se soulager de cette contrainte plus qu’autre chose.

En complément du travail à la longe & durant toute l’éducation & la progression du cheval, j’aime les travailler à l’épaule en filet ou caveçon. C’est ainsi que j’aborde la cession de mâchoire, les flexions d’encolure, les extensions d’encolure de manière statique dans un premier temps. Grace à ces exercices, nous apprenons à nos chevaux à accepter le mors, à savoir quoi faire avec, à déverrouiller la mâchoire, la nuque, tous les muscles qui se contractent lorsque le cheval ferme fortement la bouche sur le mors, serre les dents ou grince des dents. Une bonne éducation ou rééducation à la main est essentielle pour pouvoir espérer travailler en harmonie avec son cheval.

Je poursuis ensuite avec un travail à l’épaule pour commencer à travailler avec le cheval dans le calme, mettre en application les apprentissages réalisés en statique, Mobiliser les hanches & les épaules à travers les épaules en dedans & les contre épaules en dedans sur le cercle constituent deux très bons exercices pour commencer gentiment à demander au cheval à se mouvoir, lui apprendre à prendre conscience de son corps.

Le travail à pied est un outil formidable tout au long de la carrière d’un cheval, & même après ! Je continue de travailler mes vieux chevaux à pied afin de leur permettre de conserver souplesse & un brin de musculature pour qu’ils vieillissent au mieux, sans souffrances ni raideurs dû à l’immobilité. On peut emmener ses chevaux dans un dressage assez poussé simplement par du travail à pied rondement mené. Des simples exercices comme l’épaule en dedans aux airs plus relevés comme le passage ou le piaffer. On peut construire une vraie musculature simplement dans le travail à pied, ce qui est également très bénéfique pour préparer des chevaux à l’éducation à la selle, reprendre des chevaux laissés à l’arrêt.

Ci-dessous, une vidéo où je montre les cessions de mâchoire, flexion latérales d’encolure ainsi que l’extension d’encolure dans le pli de manière statique.

 

Publicités

6 réflexions sur “Premiers contacts, partie II.

  1. Anonyme

    Bon je vais peut être passé pour une blonde écervelée m'enfin une fois de plus ou de moins…
    Dis moi sur ta vidéo j'ai compris comment arriver à la cession de mâchoire et la flexion d'encolure mais comment demande-tu l'extension?
    Atina le fait très bien sur la vidéo mais je n'arrive pas à voir/comprendre tes gestes qui l'y amène.
    Si tu pouvais m'éclairer… 😀

    J'aime

  2. Bonjour chère blonde ! 😛

    J'utilise ma rêne extérieure en la passant sur la nuque & j'agis pour que action sur la commissure soit associée à action sur la nuque & qu'il vienne vers le bas. Cela sous entend que le cheval sait céder aux pressions sur la nuque. A la fin on aura plus besoin de cette action sur la nuque pour avoir l'extension 🙂

    J'espère avoir été compréhensible 😛

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s