La Cavalcade des Blogs : Rencontres.

Toute nouvelle bloggeuse, je participe aujourd’hui pour la première fois à la Cavalcade des Blogs qui est, pour cette 25ème édition, lancée par Cavali’Erre.
Pour cette 25ème édition, le thème est « Rencontres ». Une ou plusieurs. Je pense que pour les personnes me connaissant depuis quelques temps, vous savez déjà quelles seront les rencontres dont je vais vous conter l’histoire sur cet article. D’avance, je m’excuse pour les personnes pensant que je délaisse certains de mes chevaux par rapport aux autres, mais cela serait illusoire de penser que tous les chevaux sont les mêmes à mes yeux. Je les aime tous, TOUS, mais il y en a forcément qui sortent du lot ..
Rencontres.
 
La première histoire se déroule le 12 novembre 2006. J’ai à ce moment-là 12 ans & mes parents m’emmènent voir une petite jument à vendre. Elle s’appelle Diva, elle a 13 ans. L’essai se passe, nous rentrons à la maison. Mes parents sont emballés, je suis mitigée. Quand on a 12 ans, on a pas forcément les pieds sur terre alors on veut pas d’un « vieux cheval qui bouge pas », on se dit qu’on devrait avoir un jeune cheval fougueux. Puis fort heureusement mes parents eux ne se sont pas laissés influencer par mes yeux de chien triste. Le 18 novembre 2006 celle qui fut renommée Douune à la longue arriva à la pension.
Le nombre d’erreurs que j’ai pu faire avec cette brave Douune .. Cette fabuleuse petite jument que mes parents me firent l’immense bonheur de m’offrir pour mes 13 ans. Cette chance que j’ai eu sans avoir à demander, sans avoir à réclamer d’avoir un cheval. Je suis bien consciente de la chance que j’ai eu.
Les jours passent, nous allons beaucoup en balade, j’essaie de faire un semblant de travail sur le plat, je commence à la mettre à l’obstacle un peu maladroitement, n’ayant jamais pratiqué réellement l’obstacle dans le club où je montais. Elle s’est montrée douce, patiente, maternelle. Elle m’a laissé passer certaines choses mais a su me remettre en place quand j’allais trop loin.

Au fil des années, nous avons beaucoup évolué, j’ai grandi à ses côtés & elle m’a emmené avec douceur là où j’en suis maintenant. En 2008 je récupère Douune à la maison & notre relation s’est encore développée, car mine de rien entre venir juste pour travailler avec & y passer plusieurs fois par jour pour l’alimentation, ça change pas mal. Le travail en liberté s’amplifie, nous allons en balade en liberté monté ou à pied, nous sommes vraiment fusionnelles comme deux sœurs.

Malgré tout le bonheur que je retirais de la liberté, je continuais sur ma lancée malsaine des muserolles croisées, rênes allemandes & compagnie. Ma jument me donne tout, m’offre sa confiance & moi je continue jour après jour de la trahir, d’abuser de sa gentillesse sans failles. J’ai très mal vécu l’époque de ma grosse remise en question, car j’avais mal. J’avais mal à l’intérieur de moi. J’avais mal d’avoir aussi facilement cédé à la facilité, cédé au chant des sirènes. Mais après un long travail sur moi-même, j’ai réussi à me défaire de la culpabilité pour profiter pleinement des moments passés avec mes chevaux.

Un bond dans le temps, nous sommes en novembre 2013. Une jument arrive chez moi en pension travail, puis dépôt-vente. Elle est banale, sympa mais ne m’a pas vraiment tapé dans l’oeil. Elle s’appelle Atina & a 6 ans, n’a fait à ce jour quasiment que de la balade avec son propriétaire débutant. C’est dans l’année 2013 que je traine un peu au hasard sur Leboncoin & tombe sur l’annonce proposant une jument à monter, car manque de temps. Après différentes échanges, ils trouvent finalement une cavalière, qui achètera ensuite son propre cheval .. Reprise du contact, Atina arrive à la maison quelques jours plus tard. Cette sympathique petite bouboule Espagnole, toute grise, tout ce que je déteste, finalement. (Oui, je sais, j’insiste beaucoup sur le fait que cette jument me rebutait pas mal niveau morphologie, race, robe, bref de superbes à priori.)

Le temps passe, le temps défile & je commence de plus en plus à apprécier cette petite jument. Le travail, je ne le cache pas, fut extrêmement long pour lui passer la mauvaise habitude, dû à un travail orienté dans ce sens là, de s’enfermer très fortement jusqu’à avoir le menton contre le poitrail. Il ne nous aura pas fallu moins de 2 ans pour régler ce problème, qui revient parfois à l’arrêt quand elle s’énerve, s’impatiente. A force de passer du temps avec, forcément, la complicité s’installe & l’idée de la voir partir me chagrinait un peu mais « c’est le job » comme je me disais régulièrement, comme pour me rappeler à l’ordre.

Je débute la saison 2014 en avril, malheureusement la semaine de notre premier concours officiel, nous chutons dans un oxer. La jument est terrifiée à l’idée de sauter, après quelques essais infructueux & de nombreuses éliminations, je décide de tirer un trait sur sa carrière pour le moment, un peu déçue mais sachant que c’était pour le mieux. Pendant des mois, la jument n’a pas vu une seule barre, une simple barre posée à terre la mettait dans des états de stress pas possible. Après un long travail sur le plat & à pied, la jument reprend l’obstacle sur des lignes, puis en stage & nous commençons les concours au retour de la saison en 2015. La jument est formidable, je m’éclate avec .. au début. Puis les soucis reviennent, la jument saute dans la contraction, je me laisse doucement endormir & la monte dans la force, en tirant & poussant armée d’éperons & de cravache.

Entre temps, en août 2014, ma belle Douune me quitte d’une colique dont on ne pourra pas, cette fois ci, la sauver. C’est un énorme coup dur pour moi, c’est tout mon monde qui s’écroule. Mon enfance, mon innocence, mon entrée dans la vie adulte, mais mes bêtises aussi. Ma première jument.. Ce cheval qui nous marque au plus profond de notre âme.. Suite à ce drame, je décide de garder ma jolie Atina à mes côtés. En octobre 2014 je prends la décision de l’acheter, non pas pour remplacer ma Douune, mais parce que je suis intimement persuadée que nos destins sont liés, que nous ne nous sommes pas rencontrées pour rien, que je n’ai pas répondu à cette annonce pour rien, que ses anciens propriétaires ne m’ont pas recontacté par hasard..

Deux histoires totalement différentes, l’un qui s’est terminée, l’autre qui continue de s’écrire.. Dans le regard de ma Atina, j’ai parfois l’impression de retrouver ma Douune, toute sa douceur, sa bienveillance, son air maternel avec moi. Deux juments pour lesquelles je n’avais pas eu le coup de foudre au premier regard mais qui ont changé ma vie. Deux rencontres inattendues, deux rencontres bouleversantes & tendres. Les mots me manquent pour exprimer à quel point ma Douune me manque & les larmes montent, ma gorge se noue quand je repense à tout ce qu’on a vécu, quand je tombe sur des publications où je dis que « j’espère que mes deux vieilles seront toujours là pendant encore les dix prochaines années ».

Merci à mes princesses de m’avoir mené jusque là.
Merci à vous de m’avoir lu.

 

Publicités

12 réflexions sur “La Cavalcade des Blogs : Rencontres.

  1. Merci, oui ils nous apprennent tous quelque chose. Je ne voulais pas faire un article de 10kms de long du coup il a bien fallut choisir les plus « importants » .. Mais ils m'ont tous tellement apporté, chacun à leur façon !

    J'aime

  2. Un grand merci, hé non rien n'est facile mais je me dis que si c'était son heure de partir, c'est que j'étais désormais devenue une adulte & qu'elle avait accompli ce qu'elle devait accomplir ici bas ..

    J'aime

  3. Merci beaucoup !
    C'est vrai qu'il n'est pas toujours évident de trouver LE cheval, je retrouve vraiment dans Atina des bouts de Douune, la même bienveillance, le même regard .. Parfois ça en est troublant !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s