Savoir remettre en question.

Nous débutons 2018 par une réflexion que je me fais depuis quelques temps déjà.

Pour les personnes me suivant sur les autres réseaux, il ne vous aura pas échappé que certaines choses chez moi, dans la gestion et le travail de mes chevaux a changé.

Après avoir débuté il y a plus d’un an à travailler de temps en temps mes chevaux en pessoa à la longe, je suis récemment passé en pelham avec Atina pour les concours et j’envisage de remettre des fers ou autre type de soulier..

Capture 4.jpg

Savoir se remettre en question

Savoir se remettre en question est une grande qualité chez un être humain, nos réflexions peuvent nous sembler logique à un instant T et nous sembler dénuée de sens six mois, un an ou dix ans plus tard.

Pourquoi ?!

Parce qu’on évolue ! Nous garderons l’exemple des cavaliers puisque là est le sujet.

Capture 7.jpg

Nous nous calquons sur les exemples que nous avons à portée de main lorsque nous sommes débutants, tout jeune cavalier. Je me rappelle enfant que pour moi une cravache était un objet de torture destiné à faire du mal aux chevaux et qu’il n’existait pas d’utilisation correcte de cet outil. Il se trouve que dans le centre équestre où je montais, les cravaches étaient bannies et diabolisées.

J’ai changé d’écurie, moi qui n’avait jamais utilisé un enrênement était devenue une fervente utilisatrice de rênes allemandes, avec des mors à levier et en fermant la bouche de mes chevaux. Pourquoi ? Parce que je faisais confiance à mon moniteur de l’époque, parce que j’étais ado et que je ne voulais pas être mise à l’écart par rapport à mes copines.

Savoir remettre en question les autres.

Mais quand on grandit, qu’on devient un adulte, nous sommes dans le devoir de remettre en question ce que l’on nous dit. Evidemment, pas de manière systématique sinon impossible d’avancer ! Il n’est pas grave de faire des erreurs en écoutant les conseils des personnes en qui on a confiance, l’important est d’être capable soi-même de déterminer si oui ou non, ce conseil nous a été utile, si oui ou non nous nous sentons bien en suivant ce conseil ou si nous ressentons de la culpabilité, de la honte.

Par exemple, être capable de refuser le conseil du « coup de bambou dans les pattes » pour « améliorer le geste » de son cheval, mais jeter un œil aux barres en V ou aux dispositifs visant à améliorer le geste de son cheval que nous conseille le voisin.

Capture 5.jpg

Je fréquente de plus en plus de cavaliers d’un bien meilleur niveau que moi, j’avoue que bien souvent je bois leurs paroles ou je m’accoude au bord du paddock et les regarde travailler leurs chevaux. Certaines choses me plaisent et je n’ai qu’une hâte c’est de rentrer à la maison pour essayer ça avec mes chevaux, et certaines choses ne me plaisent pas et je n’en prends pas compte. L’important est de toujours écouter ce que les meilleurs ont à nous dire, notre travail est de faire le tri une fois à la maison et de se dire « ça non, je n’en veux pas dans mon équitation » ou « tiens, cette piste peut être intéressante dans mon travail ». Rejeter en bloc tout ce qu’une personne dit ou fait parce qu’il y a certains détails qui ne nous plaisent pas n’est pas la bonne façon d’aborder les choses.

Récemment, on m’a conseillé le pelham sur mes tours avec Titoune car elle perd son équilibre au fil du parcours et que ça pourrait améliorer la qualité de son galop. Qui aurait crû, il y a 6 mois, que j’allais dire « Je vais en acheter un demain » et pas « Non mais tu es complètement folle, je ne mettrais jamais un truc pareil dans la bouche de ma jument ! ». Et je me rends compte que cela faisait plusieurs fois que je me disais « Si j’essayais un vrai mors plus fort ? » Au final, j’ai essayé ce pelham. Et la différence était là. Vraiment. Je l’ai ressenti, mes amis l’ont vu, les gens qui suivent la jument sur les réseaux l’ont vu. L’essai n’était donc pas vain. L’objectif étant évidemment de pouvoir m’en passer à la longue.

Capture 3.jpg

Encore plus récemment, je discutais à propose de la ferrure VS pieds nus. Real talk, no jokes ! D’habitude on se taquine par rapport à cela, mais cette fois ci c’était une vraie conversation sérieuse. « Titoune manque de frappe, on dirait qu’elle se retient, ça ne te dirait pas d’essayer de la ferrer voir si ça change quelque chose ? Si ça ne change rien tu la repasses pieds nus ». Je ne vais pas mentir, j’étais contrariée. Je ne veux plus mettre d’objet métallique aux pieds de mes chevaux, j’ai peur que quelqu’un d’autre que moi touche aux pieds de mes chevaux. Le soir même je cherchais sur internet des alternatives et en ai trouvé plusieurs. Reste à essayer, en discuter avec la vétérinaire, voir ce qui convient le mieux.

J’avoue, cela fait plusieurs semaines voire mois que je cogite quant à ferrer Brunette. La voir aussi mal sur les sols durs m’est insupportable. Plusieurs mois, quasiment deux ans que je travaille sur ses pieds, mets tout en place pour que les pieds de mes chevaux se développent dans le bon sens et cela fonctionne pour tous .. Sauf Brunette. J’ai toujours promis que j’écouterai mes chevaux et que je ferai en fonction d’eux. Je me retrouve aujourd’hui à me rendre compte que j’ai fait la sourde oreille pendant trop longtemps, dans l’espoir que cela évolue, dans l’appréhension que l’on me montre du doigts comme étant la « faible qui abandonne le pied nu ».

Ces dernières décisions n’ont pas été prises sous le poids de l’influence que ces personnes ont sur moi. Certes, je leur fais confiance et leur expérience est bien supérieure à la mienne, mais je ne me laisserai plus jamais influencer bêtement comme lorsque j’étais enfant. Et finalement, je me rends compte que les deux dernières décisions que j’ai prise ne m’ont pas été imposée du tout car j’y pensais déjà dans mon coin sans en parler à personne .. Mais j’ai eu besoin que quelqu’un aille dans mon sens pour me dire « Tu n’as peut-être pas tord ». Le petit coup de pouce dont je n’aurai plus besoin lorsque j’aurai confiance en moi et en mes ressentis.

Capture 2.jpg

Publicités

23 réflexions sur “Savoir remettre en question.

  1. J’ai eu le même probleme avec mon cheval, j’ai fini par referrer et forcé de constater qu’il était mieux avec des fers (ça c’est vu surtout d’un point de vu locomoteur et osteo …. ) . Mon poney quand a lui est resté pied nu, c’est un 4×4 je peux galoper sur les cailloux. Il y a des alternatives à la feraille tu sais, l’allu c’est deja mieux, y’a aussi le plastique.

    Ne te sens pas mal vis à vis de ça et surtout il faut rester ouvert d’esprit 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Galopine

    Que c’est dur de faire ses choix…
    Ton article me fait plaisir à lire. On a le droit de changer d’avis, on a le droit de douter, de se tromper. Et au vu de ce que j’ai pu lire sur ton blog, je suis sûre que tu finiras par trouver les meilleures solutions pour tes juments. Courage !

    J'aime

  3. Camille M

    Salut Laura, on a déjà discuté sur Facebook mais tu ne t’en souviens peut-être pas.
    Étant enseignante, ton discours me plaît.
    Mes cavaliers actuels me demandent souvent ce qui est le mieux parce qu’ils ont connu plusieurs méthodes et enseignements pendant un court laps de temps et sont donc un peu perdus. Ce à quoi je réponds: réfléchissez par vous même pour savoir ce que vous trouvez juste ou en accord avec votre cheval…
    Et dans ce nouveau centre équestre où j’enseigne certains chevaux sont en martingale ou gogue. Difficile pour moi étant devenue un peu radicale à ce sujet mais difficile aussi de tout changer du jour au lendemain… Parce que ces cavaliers n’ont pas de sensations, ne savent pas comment fonctionne un cheval etc etc… Donc petit à petit on débranche le gogue, on rallonge les martingales… Parfois il faut savoir composer justement pour toujours rendre le meilleur à nos chevaux !

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ce commentaire !!

      Oui c’est vrai que les enrênements montés faussent complètement notre perception, on est incapable de sentir si le cheval se décontracte ou pas car dans la plupart des cas soient ils forcent contre l’enrênement .. soit ils fuient l’enrênement 😦

      J'aime

  4. Hé oui… chaque cheval est unique, chaque cavaiier, relation, et ensemble de circonstances. Nul doute qu’avec un tel état d’esprit, nous te retrouverons encore plus pro qu’à présent et.. successfull 🙂

    Ne t’en fais pas pour la confiance… à force de constater que tes propres choix ont majoritairement de bons résultats, tu ne douteras plus comme ça. Sans pour autant te fermer bien sûr.

    Belle année compétitive à toi !

    J'aime

  5. Salut,
    J’aime l’idée de la remise en question mais concernant les fers, je ne peux pas aller dans ton sens. Tu fais toi-même les pieds de tes chevaux, j’ose te demander la technique que tu appliques ? J’ai moi-même eu des soucis avec ma jument alors qu’elle était parée avec un parage qui ne convenait pas, je l’ai ferrée puis déferrée et changer entièrement le parage et depuis, j’ai une jument 4×4.

    J'aime

      1. Je t’invite à te renseigner sur la podologie équine libre (PEL, oui le nom laisse à désirer). Il s’agit d’une méthode qui permet aux structures internes de se développer grâce au parage externe. Ca a fait des miracles sur ma jument et bon nombre de chevaux que je connais qui étaient très sensibles avant. Peut-être une piste à suivre pour la tienne 🙂 En tout cas bonne chance, pas toujours facile de prendre les bonnes décisions.

        J'aime

      2. Je me suis déjà renseignée, j’ai compris certaines choses grâce au blog, j’ai discuté avec d’autres personnes. Je ne suis aucune méthode précise car pour moi c’est l’adaptation aux pieds qui est important et pas les faire rentrer dans un moule, même si ferrer ça l’est un peu. Combien de fois on a critiqué les pieds de mon autre jument parce qu’elle billarde, qu’on m’a dit qu’elle billardait parce qu’elle n’était pas suivie en ostéo, ou limite parce qu’elle est montée en mors lol. Bref, j’ai vraiment tout essayé avec ma Brunette .. Malheureusement les chevaux comme elles ne sont pas tous sélectionnés pour la qualité de leur corne, même j’ai dans mes 10 trotteurs j’en ai eu aux bons pieds.

        J'aime

      3. J’ai une paint horse aux pieds blancs, autant te dire qu’à peine elle avait 6 mois qu’on m’a dit « faudra la ferrer ». L’avantage de la PEL c’est que justement, on cherche pas à entrer dans le moule, le moule étant les structures internes du pied. Ma jument a les pieds de travers mais parfaitement fonctionnels justement car j’accepte ça et que je pare en fonction de ça. Essaie de contacter Guillaume Parisot en lui envoyant des photos ou à aller sur le groupe facebook des pieds nus. Il serait dommage d’abandonner une chose aussi saine pour ton cheval. Bonne suite !

        J'aime

      4. Loin de moins l’idée de dénigrer votre message, je n’en ai aucunement l’intention.. mais jamais je ne le contacterai, d’ailleurs il ne me répondrait même pas lol !
        Après le mythe des pieds blancs je n’y crois pas. Cesser d’envisager le pieds nus n’est pas de gaieté de cœur croyez moi.

        J'aime

  6. Ah Laura, j’adore ton article… C’est marrant, en ce moment je rencontre le même « problème » que toi, j’ai un peu ré-adapté quelques petits trucs dans le management de mes chevaux, genre leur mettre une imperméable ce genre de trucs assez anodins. Et purée, l’agressivité, les retours sectaires que j’ai rencontré… Donc je te comprends, et je trouve ta démarche hyper louable, car elle est très honnête et ouverte, en dehors des dogmes. J’ai écrit un article y’a pas longtemps qui rentrait dans un super thème donné par Isabelle lors des Cavalcades, qui fait écho à ce que tu racontes… https://dunchevalautre.com/naturel-nouveau-dogme/
    Continue comme tu es !!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton message ! C’est dingue comme les gens peuvent être agressifs, c’est triste .. on pourrait tant apprendre les uns des autres. Je suis sûre qu’ils se disent tous que c’est depuis que je traîne beaucoup avec des cavaliers de haut niveau que je me fais retourner la tête lol

      Aimé par 1 personne

      1. Haut-niveau c’est ce que ça veut dire : c’est du haut-niveau. Les 3/4 des gens qui viennent casser les pieds des autres sur Internet, c’est du bas-niveau, donc forcément il manque une sacrée part de réflexion et d’expérience en plus pour comprendre certains cheminements.

        J'aime

      2. C’est ça .. Je préfère l’avis de personnes qui voient la jument en vrai ou qui m’accompagnent avec bienveillance depuis des années (ou moins), qui m’ont accompagné dans mon travail malgré le fait qu’ils ne soient pas en accord avec moi plutôt que de personne qui m’ont suivi de loin sur le net & qui pointe le bout de leur nez dès que je change une chose & que ça ne leur plait pas!

        J'aime

  7. Cet article m’a fait vraiment plaisir à lire ! Je suis contente que tu l’aies écrit. Je suis persuadée que tu trouveras pile-poil ce qui convient à tes chevaux !

    Seuls les imbéciles ne changent pas d’avis… Quand on répond ça à quelqu’un qui nous demande pourquoi on ne fait plus comme avant, ou pourquoi subitement on admet qu’il a raison dans ses propos, l’autre en face prend ça comme une excuse ou comme si on venait de comprendre qu’il avait raison depuis le début… Mais non, on a simplement cheminé dans notre réflexion – et nos connaissances – et dans nos convictions. Convictions qui sont parfois difficiles à assumer.

    Hâte de te lire de nouveau ! 🙂

    J'aime

    1. Merci !! Tu as complètement raison. Etant très « publique » sur tout ce que je fais, j’avoue que parfois ça me fatiiiiiigue d’être questionnée pour tout et n’importe quoi ! « & pourquoi maintenant elle a des bandes ? » « Pourquoi elle a autant de protecs ? » « Pourquoi tu mets un correcteur ? » AAAAAAAH x)

      Aimé par 1 personne

  8. Très chouette article Laura ! Pas toujours facile de faire les bons choix. Je prône la remise en question permanente mais parfois il est difficile de s’avouer que ce qu’on pensait « bon » et qu’on a appliqué ne l’est peut-être pas tellement.
    En tout cas c’est une belle réflexion que tu nous livres là.

    J'aime

  9. Ton article est tellement vrai, et je m’y reconnais beaucoup 🙂
    J’ai récemment changé d’avis aussi, en mettant un noseband à mon poney… Avant, je ne voulais pas en entendre parler. Mais force est de constater que, ça doit avoir un rapport avec la forme de sa bouche, de ses barres ou je ne sais quoi, mais depuis que je lui met, il ne secoue plus la tête comme un fou quand je le met rênes longues. Je pense que ça stabilise le mors et qu’il se « balade » moins entre ses dents quand je relâche le contact, ou quelque chose du genre. Et tu sais quoi ? Ca ne lui ferme même pas le bec puisqu’il s’empiffre tout autant de branches qu’avant ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s