Atina

Atina, dite Titoune
Ou le Dragon ..
 
Décembre 2012, comme beaucoup je passe le temps en flânant sur internet, les annonces. Je suis sur Leboncoin, & je vois cette annonce « Chercher cavalière pour monter jument espagnole« , pas très engageant, il n’y a pas de photos, un petit descriptif mais je ne sais pas ce qui m’a poussé à envoyer un mail sachant que je n’ai aucune attirance pour les ibériques. La jument avait finalement trouvé une cavalière. En mai, je suis recontactée par les propriétaires pour faire un essai, puis plus de nouvelles jusqu’en novembre 2013, elle arrivera à la maison quelques jours plus tard.
Atina est une petite jument de Pure Race Espagnole née en avril 2007, elle était en fin d’année de 6 ans quand elle est arrivée, le 9 novembre 2013. D’abord arrivée chez moi au travail car ses propriétaires n’avaient plus le temps à lui consacrer, elle fut mise en vente. A cette époque, je l’aimais bien, elle était sympa mais bon .. une espagnole quoi, grise en plus de ça.
Les jours passent, les progrès se font sentir. C’est une jument adorable, pas un seul mauvais geste. Dans le travail elle ne s’exprime pas vraiment, elle reste égale à elle-même bien qu’elle ait peur des actions de jambes & de mains, du stick. L’encolure toujours enroulée, impossible de la déplier, des mois & que dis-je, des années furent nécessaire pour lui faire comprendre qu’elle peut s’étendre. Encore aujourd’hui il n’est pas toujours aisé de l’avoir dans une attitude basse sans se fermer.
Épaulée par mon ami/coach/cavalier qui me faisait travailler, nous mettons Atina sur ses premières barres. Un peu émotive mais assez franche tant qu’on ne l’emploie pas trop. Je ne sauterais pas trop pour privilégier le dressage en premier. Malheureusement, un soir d’Avril où je sautais seule, la lumière tombait je ne m’en suis rendue compte qu’après. Nous sommes victimes d’un accident sans gravité physique, Atina aborde mal son saut & tombe dans l’oxer. Elle restera plantée à l’obstacle pendant de nombreux mois, paniquée à la vue d’une barre au sol.
Un peu pressée par les propriétaires pour la vendre rapidement, je décide, en Octobre 2014, de l’acheter.
L’année 2015, nous reprenons l’obstacle & commençons vraiment les concours. Aucun sans fautes, mais une jument qui gagne en franchise, on finit nos tours. Elle s’arrête très régulièrement & très facilement. Elle ne me fait pas confiance, & j’avoue que moi non plus. Nous profitons de tout l’hiver pour travailler, & je trouve un nouveau coach qui nous fait beaucoup travailler, surtout sur le mental, la respiration, l’appréhension de l’espace. Un travail qui me correspond qui va dans le sens du cheval & non contre. La saison 2016 s’annonce riche en rebondissements, en joie, & je l’espère aussi en résultats, quand même !
Publicités